LES ATYPIDAE

 

 

I)Présentation des Atypidae :

Les Atypidae sont des araignées massives de taille moyenne (0,7 cm à 2cm).Elles vivent dans un tube de soie fermé, en grande partie dans le sol. Elles présentent deux paires de poumons et les chélicères les plus massifs de toutes les espèces d'araignées européennes. Les crochets sont très développés (3 à 4 mm) par rapport à la taille de l'individu.
Ces araignées creusent un trou profond dans une terre souple ou des détritus, puis le tapissent en formant un tube de soie épaisse. La partie souterraine s'étend entre 10 et 50 cm au-dessous de la surface et la partie aérienne mesure de 3 à 12 cm. Quand une proie potentielle marche sur la partie externe du tube, l'araignée se précipite en haut et transperce la proie avec ses longs crochets. Le tube est progressivement déchiré et la proie tirée à l'intérieur.
Le rituel de la reproduction et la durée de vie ne sont connus que pour Atypus affinis et seront traités dans le paragraphe qui lui est consacré .
Cette famille regroupe 3 genres dont un seul est présent en France : le genre Atypus. le nom de Genre Atypus aurait comme signification "règle" (anormal).
On dénombre actuellement trois espèces d'Atypus sur le territoire français :

Atypus affinis

 

Atypus piceus

 

II)Présentation d'Atypus affinis :

A. affinis est une araignée massive à pattes courtes, bien adaptées à sa vie terricole et d'activité nocturne. Elle utilise ses puissants crochets pour creuser le substrat et commencer la construction de son terrier. Celui-ci est en fait une chaussette de soie tissée par l'animal qui s'enfonce à l'oblique dans le sol de 10 à 50 cm et présente une partie externe d'une longueur allant de 3 à 12 cm. La partie externe est couverte de petits grains de terre et de sable ainsi que de petits débris végétaux permettant de bien camoufler le tube de soie. Elle commence l'élaboration de son terrier par cette partie externe. La chaussette de soie est tissée sur un terrain sablonneux ou calcaire sur forte pente souvent à proximité de racines d'arbres. On peut également dans le cas de terrains calcaires trouver le tube du côté ensoleillé près de monticules de la fourmi Lasius flavus. La zone d'installation peut être ensoleillée ou ombragée, la végétation y est courte mais peu fournie.

 

La chausette de soie d'Atypus sp.


L'araignée reste au fond de la toile dans la partie souterraine à l'affût d'une proie. Quand celle-ci marche sur la partie extérieure du tube, A. affinis se précipite pour la mordre à travers la toile. Puis elle déprime la paroi du tube et pratique deux fentes dans la soie avec ses chélicères. Elle amène alors la proie au fond du tube pour la manger. Elle répare ensuite la toile percée.

 


Le mâle d'A. affinis devient adulte en automne, il abandonne son tube et part à la recherche des femelles. Quand il en trouve une, il tambourine contre le tube avec ses pattes antérieures et ses pattes mâchoires. S'il n'est pas repoussé il va entrer et s'accoupler. Les deux individus peuvent cohabiter pendant plusieurs mois durant l'hiver, mais ensuite le mâle devient sénile et meurt. Il peut alors être mangé par la femelle. Durant l'hiver, A. affinis entre en diapause après avoir obstrué la partie aérienne du terrier. De juin à septembre, la femelle pond de 80 à 150 oeufs, qu'elle dispose dans un cocon, plutôt dans la partie supérieure et souterraine du nid , environ 10 mois après l'accouplement.
Au bout de quelques semaines, vers la fin de l'été, sortent de petites larves, ou postpulli, au corps dépigmenté et sans soies. Les larves ne se nourrissent pas et bougent très peu. Elles muent au bout de deux semaines et donnent alors un animal pourvu de pigments, de soies sensorielles et autres organes. Elles sont capables aussi bien de se nourrir que de filer. Leur taille est alors d'environ 1 mm.
La mère les tolère bien dans son nid durant tout l'hiver. Dès que le juvénile a mué pour donner une araignée plus proche de l'adulte, il quitte le terrier maternel. Il s'écoule dix-huit mois entre l'accouplement et la dispersion des jeunes. Le départ est terrestre, ce qui explique la faible dispersion et le fait que l'on retrouve beaucoup de terriers dans un même lieu. Chaque jeune construit un terrier individuel où il se nourrira et continuera sa croissance. Ceux qui survivront mettront quatre ans à atteindre l'âge adulte. Les mâles meurent quelques mois après l'accouplement, mais les femelles peuvent faire plusieurs pontes et encore vivre deux à cinq ans. Leur durée de vie peut donc aller de 6 à 9 ans.
Les prédateurs d'A. affinis sont d'autres araignées de la famille des Gnaphosidae, des guêpes parasites (Hyménoptères) appartenant à la famille des Ichneumonidae comme Aporus unicolor ou des Pompilidae, qui pénètrent aisément dans le terrier, mais aussi des rongeurs et des oiseaux.
Elle se nourrit principalement de petits insectes comme des mouches, des grillons (Nemobius sylvestris) ou de petites blattes.
Le venin d'A. affinis, de nature inconnu, peut provoquer une poussée de fièvre à 39°C pendant quelques heures, une légère asthénie et une petite nécrose de la peau au niveau de la morsure . Néanmoins, les risques sont faibles car cette araignée n'est pas agressive.

 

Les Atypidae ne se trouvent pas seulement en France et en Europe, ils sont également présents dans le monde entier. Très peu d'informations sont disponibles sur leur sujet. J'ai rassemblé toutes les informations que je pouvais avoir sur le sujet dans la page consacrée aux Atypidae dans le monde. Si vous pouvez me faire parvenir des informations complémentaires sur ces araignées, écrivez à Jean-Marc.

 

Retour à la page principale