Les prédateurs des Mygales françaises

C. sauvagesi, N. carminans, N. caementaria

 

Les guêpes chasseresses qui s'attaquent à ce types de Mygales sont les suivantes :

Les Mygales en question possèdent la particularité de construire des terriers, sans embranchement, à opercule épais aux bords biseautés.

Ces guêpes chasseresses s'attaquent aux araignées terricoles afin de pondre sur l'abdomen de ces araignées. La larve de l'Hyménoptère se nourrit ainsi du corps de l'Arachnide et est aussi protégé à l'intérieur d'un terrier.

Ces guêpes chasseresses possèdent à un sens olfactif très développé grâce à leurs antennes. Ceci leur permet de repéré très facilement l'ouverture des terriers en palpant le sol avec leurs antennes.

Afin d'ouvrir le terrier, ces guêpes dégagent les bords de l'opercule et glissent alors leurs mandibules et leur clypeus à l'intérieur de la rainure et tente de forcer le clapet en poussant de tout leur corps en avant. Elles s'aident pour ce faire de leur abdomen distendu piqué dans le sol et de leurs pattes postérieures. Une fois la porte ouverte, ces pompiles se précipitent pour paralyser la Mygale, réfugiée au fond du terrier. Un oeuf est alors pondu sur l'abdomen de l'araignée. Ces guêpes ressortent ensuite en prenant le soin de bien refermer l'opercule du terrier. Elles repartent alors à la recherche d'autres terriers.

Les prédateurs de Nemesia mandersjernae, Nemesia simoni, Nemesia carminans


Les informations trouvées dans cette page proviennent de l'article : "Les Insectes parasites des cocons d'Araignées" (Edgard Gros, 1998) tirée de l'ouvrage : "Connaissance des Invertébrés-Série Arachnides n°3" (APPI Edition, 1998).

 

Retour à la page principale